Créer un compte | S'identifier
La Guérison des dix lépreux (Luc 17 : 1-19 ; Psaumes, 103)
 
EPOQUE : 30.
LIEU : Pérée.
ENSEIGNEMENT PRATIQUE: Les remerciements et actions de grâces que nous adressions à Dieu après avoir reçu une bénédiction lui permettent de partager notre joie.

    TEXTE D’OR : « Mon âme, bénis L’Eternel et n’oublie aucun de ses bien faits ! »
Psaumes 103 :2
 
LECTURES PERSONNELLES DE LA SEMAINE
Lundi - Luc 17 : 11-19.
Mardi - Psaumes 71 : 1-24.
Mercredi - Lévitique 14 : 1-20.


    Jeudi - 2 Rois 7 : 1-16.
Vendredi - Néhemie 9 : 5-17.
Samedi - 2 Rois 5 : 1-15.
 
TEXTE BIBLIQUE A ETUDIER

(Luc 17 : 11-19)

Ceux qui ont voué leur vie au service d’autrui sont
d’accord pour constater que la véritable gratitude est un bien rare Joyau dans ce monde.
Du texte étudié aujourd’hui nous pouvons tirer deux enseignements
1°) Nous ne devons pas nous affecter si, après avoir fait le bien, on n’apprécie pas nos efforts à leur juste valeur.
2°) Nous devons veiller nous-mêmes à ne pas nous rendre coupables de cette défaillance si commune.

1. UN EXEMPLE D’ACTION DE GRÂCES. (Luc 17 : 11-19)

DIX HOMMES REÇOIVENT UNE BENEDICTION « Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. » (V. 12). Respectueux de la Loi (Lévitique 13 : 45-46). Ils se tinrent à distance. De loin ils crièrent:
« Jésus, Maître, aie pitié de nous »... et Jésus leur dit : « Allez vous montrez aux sacrificateurs, (afin que ces derniers les proclament « nets »). « Et pendant qu’ils y allaient il arriva qu’ils furent guéris » (V. 14).

Pourquoi Jésus les laissa-t-il parcourir une certaine distance avant de les guérir ? Pour éprouver leur foi. Ils é taient encore couverts de leurs Plaies quand ils se mirent, en route vers le temple : ils n’avaient que la Parole du Seigneur dans leur coeur. Là justement réside la véritable foi : aller confiant, sûr de la parole de Jésus.
Tout le monde peut croire après avoir été miraculeusement guéri mais la vraie foi consiste à croire AVANT la guérison et en dépit des symptômes de maladie qui continuent à nous accabler. il est facile de louer le Seigneur après avoir reçu une réponse aux prières formulées mais l’homme de foi loue et remercie le Seigneur avant même d’avoir reçu. Neuf hommes manquent de reconnaissance. « L’un deux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix. Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus el rendit grâces. (V. 15-16).

Jésus avait rendu nets dix lépreux. Neuf d’entre eux avaient accepté la bénédiction sans songer à remercier leur bienfaiteur. Tous avaient su faire entendre leurs prières, un seul savait faire entendre ses louanges. Tous é taient dans la joie de la bénédiction reçue; un seul était reconnaissant. Dix hommes étaient venus vers Jésus pour en obtenir une faveur; un seul retournait vers lui pour lui donner quelque chose.

UN HOMME EST RECONNAISSANT
« Jésus lui dit : Lève-toi, va ta foi t’a sauvé. (Verset 19). En guérissant, le but du Seigneur n’est pas seulement de relever une détresse physique mais Il cherche aussi, par la guérison du corps à faire avancer une âme vers le salut. Neuf lépreux ont reçu la guérison physique mais Ils se privèrent d’une bénédiction bien plus importante. de la bénédiction spirituelle que reçut celui qui retourna vers Jésus pour le remercier.
La reconnaissance accroît nos bénédictions. Nous augmentons la joie que donne la bénédiction en rendant grâce et en remerciant.
Nous la goûtons deux fois en y songeant avec gratitude. Elle demeure vivante en louant le Seigneur de nous l’avoir accordée.

   

Parfois nous sommes tentés de murmurer en constatant quel est notre partage.
Mais si nous louons Dieu pour ce que nous avons déjà reçu, nous nous mettons en de meilleures conditions pour obtenir davantage. Un esprit satisfait posséda une fortune en lui-même. (Voir 1 Timothée. 6-6). Un millionnaire mécontent est un pauvre homme, un ouvrier satisfait de son sort est en réalité bien plus riche.

2. UN CHANT D’ACTIONS DE GRÂCES.
(Psaumes 103 : 1-5)

« Mon âme, bénis l’Eternel ! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom ! ».

Bien souvent nous commençons notre prière par une requête; le psalmiste commence par engager son âme à bénir Dieu. Trop souvent nous sommes si pressés de dire à Dieu ce que nous réclamons de Lui que nous oublions de nous demander ce que Dieu veut que nous fassions pour Lui.
« Et n’oublie aucun de ses bien »(V 2)
Nous sommes pressés de recevoir les faveurs du Seigneur, puis, comme les enfants d’Israël nous avons tendance à les oublier. Quand nous obtenons une grâce de Dieu ne l’oublions pas.
Le psalmiste détaille tous les bienfaits reçus, il les nomme un par un.

1. C’EST LUI QUI PARDONNE TOUTES LES INIQUITES.

Pourquoi cette grâce est-elle mentionnée en tout premier lieu ? Parce que le pardon des péchés ouvre la voie aux bénédictions célestes.

2. QUI GUERIT TOUTES LES MALADIES.
Le verbe est au présent, c’est un acte habituel, durable. Dieu veut guérir son peuple.

3. C’EST LUI QUI DELIVRE TA VIE DE LA FOSSE
Dieu, a soin des âmes qu’il sauve. Aussi longtemps qu’il demeurera dans la main de Dieu, son peuple ne périra pas.

4. QUI TE COURONNE DE BONTE ET DE MISERICORDE.
Dieu met de l’honneur sur Le front de l’homme racheté. Voyez comment le Fils prodigue fut aussitôt paré des plus beaux vêtements et combien il fut comblé. (Luc 15, 21-24).

5. CEST LUI QUI RASSASIE DE BIENS TAVIELLESSE.
Bien des gens sont rassasiés des biens de ce monde mais ne sont nullement satisfaits Mais Dieu donne ce qui peut satisfaire les aspirations Les plus profondes de l’âme. « Mon Dieu pourvoira à tous nos besoins » (Ph. 4-19).

6. QUI TE FAIT RAJEUNIR COMME L’AiGLE.
Comment Dieu fait-il rajeunir ? En restaurant la santé après une maladie, en renouvelant la puissance du Saint-Esprit après une éclipse spirituelle, en donnant une nouvelle joie après un temps de dépression, en accordant l’immortalité de l’esprit dans un lieu où on ne vieillira jamais