Créer un compte | S'identifier
La Parabole de l'homme riche (Luc 12 : 1-59)
 

EPOQUE : 28 après J.-C.
ENSEIGNEMENT PRATIOUE : Dieu appelle «insensé» celui qui ne songe qu’à s’amasser des trésors terrestres.

    TEXTE D’OR : « Cherchez premièrement le royaume et La justice de Dieu et toutes ces choses vous seront données par dessus » Matthieu 6-33
 
LECTURES PERSONNELLES DE LA SEMAINE
Lundi - Luc 12 : 16-31
Mardi - Jacques 5 : 1-8
Mercredi - Deutéronome : 10 : 1O-22
    Jeudi - Proverbes 22 : 1-29
Vendredi - Apocalypse : 20 : 7-15
Samedi - Luc 11 : 14-32
 
TEXTE BIBLIQUE A ETUDIER

(Luc 12 : 16-21 ; 27-31)

Quand Jésus était sur la terre il a pu remarquer toutes les erreurs des hommes et relever toutes leurs fausses conceptions de la vie ; bien souvent il a dû vouloir les aider à voir les choses sous leur véritable jour. Nous pouvons ê tre sûr que son coeur compatissant le poussait à aider ceux qui sombraient dans les ténèbres ou ceux qui s’étaient égarés hors du chemin de la Vérité. Nous avons un exemple des efforts de Christ pour montrer le droit chemin aux gens de son temps et pour mettre en relief les choses importantes de la vie.

Dans les lignes qui précèdent notre texte quelqu’un avait demandé à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage ». Et Jésus de répondre : « O homme qui m’a établi pour être votre juge, ou pour faire vos partages ? ». Puis paternellement il donna ce conseil : « Gardez-vous avec soin de toute avarice car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, fût-il dans l’abondance ». Ces paroles sont pleines de bon sens, bon sens que la plus grande partie des gens de ce monde n’arrive pas à comprendre. Pour la plupart, la vie n’est qu’une marche pénible pour acquérir de plus en plus des biens de ce monde. Dans cette marche insensée ils oublient ce qu’est une vie véritable et ce qui lui donne sa valeur.

Notre Seigneur se mit alors à donner sous forme de parabole, la leçon du riche insensé, de cet homme dont tous les espoirs étaient terrestres et qui négligea de s’enrichir aux yeux de Dieu.

1. La Pauvreté de l’Insensé.

De nos jours, un riche est souvent envié et beaucoup de gens pensent qu’il doit être bien bon d’être riche. Cette façon de voir était encore plus prononcée à l’époque de Jésus. Parmi le peuple juif, on estimait que la richesse é tait un signe de la bénédiction de Dieu et une faveur de l’Eternel. Etre riche ne voulait pas seulement dire que l’on pouvait obtenir tout ce que l’on désirait, mais encore que l‘on était, en faveur auprès de Dieu, donc dans un état enviable tant au point de vue matériel qu’au point de vue spirituel.

En quelques traits, Jésus trace le portrait du riche. Pour son époque il était plus compréhensible de le représenter par un fermier propriétaire de terres. Ses récoltes étaient des plus abondantes et la capacité de ses granges se révéla insuffisante. Aussi projeta-t-il de bâtir de vastes greniers pour y entreposer son grain.

Rien dans les Ecritures n’indique que la richesse constitue un péché. Dieu n’a jamais condamné celui qui possédait de grands biens C’est l’amour de l’argent et l’utilisation de cet argent qui déterminent l’attitude de Dieu envers le riche.

L’erreur de l’homme riche C’est dans le V 19 de notre texte que nous découvrons la faute de ce riche. Le fait d’avoir eu une superbe récolte ne le condamne, en rien. Il n’y a aucun péché dans le fait de construire de nouvelles granges. Le seul point qui l’accuse c’est l’emploi constant des termes « je », « ma » et « mon », termes qui laissent Dieu entièrement de côté.

Rien que dans les versets 17 et 18, « je » et « mon », « ma » ou « mes » sont employés dix fois. En outre sa faute capitale est dans cette phrase « Mon âme tu as beaucoup de biens en réserve pour plusieurs années ». Il commettait l’erreur de penser que son âme pouvait être satisfaite avec les choses matérielles que lui procurerait sa récolte.

Personne ne peu nourrir l’âme avec les produits de ce monde ; l‘âme ne peut être satisfaite qu’avec les choses de Dieu. Les gens du monde essaient de satisfaire Leur coeur assoiffé avec ce que ce monde peut produire, mais la satisfaction de l‘âme ne se trouve qu’aux pieds de Jésus. La faute que commit ainsi le riche fermier est commise de nos jours par des milliers de personnes.

Remarquons aussi qui disait : « tu as beaucoup de biens en réserve pour plusieurs années ». Les années n’appartenaient pas plus au riche fermier qu’elles n’appartiennent à chacun d’entre nous. Nous ne sommes sûrs que du moment précis où nous parlons ; l’avenir appartient à Dieu seul, et bien que nous devions nous y préparer, nous ne devons pas compter sur le futur. « C’est aujourd’hui le jour du salut ». Et pourtant des hommes et des femmes gaspillent leur vie en heures de paresse, se gorgeant de nourriture, s’offrant des plaisirs. Que de regrets éternels apportera une telle vie.

Dieu parle La voix de Dieu résonna dans la vie de cet homme comme elle se manifestera dans la vie de tout hommes. Son entourage le trouvait adroit et intelligent il l’enviait, le respectait et l‘honorait pour sa fortune. Dieu le considère comme un fou ! En effet cet homme était riche à tous

   

points de vue sauf un : le plus important. Il se croyait garanti pour plusieurs années mais.. son âme lui est redemandée !

C’est la voix de Christ qui doit être comprise et dont il faut se souvenir aujourd’hui:
« Celui qui s’amasse des trésors pour lui-même n’est pas riche pour Dieu » (Luc 12-21).

Un tel homme est comparable à un prospecteur dont les bagages et les poches seraient pleins de l’or qu’il aurait découvert mais dont les outres seraient vides en plein désert. Il serait perdu ! Il finirait par jeter ses richesses trop lourdes pour sa faiblesse et à essayer de découvrir l’eau qui le sauverait. Il en est de même du riche de richesses terrestres qui s’aperçoit un jour que, devant Dieu, il n’a aucun trésor céleste. Il faut être fou pour se préoccuper des choses de la vie actuelle sans penser à celle de La vie future.

2. Les réserves célestes.


Christ nous montre les riches provisions spirituelles que Dieu met en réserve pour ceux qui croient en Lui. Il nous montre plus loin la différence entre les misérables choses de ce monde et les choses si importantes de la vie future. « Ne vous inquiétez pas pour votre vie »

Christ ne veut pas nous dire d’être imprévoyants ou insouciants mais de ne pas se mettre en peine, de ne pas s’attrister au sujet des choses de cette vie, terrestre. La vie affirme-t-il est plus que le manger, le corps vaut plus que le vêtement.

Si l’on considère les nombreux lieux réservés dans une ville au manger, et au boire si l’on pense du temps passé pour le choix des vêtements ou pour équiper la maison avec les ustensiles les plus modernes, on est amené à constater que bien peu ont compris cette leçon. Que d’objets il nous faut pour vivre dans notre civilisation compliquée!

Jésus fait allusion aux oiseaux. ils ne sèment ni ne moissonnent ils n’ont ni cellier ni grenier Dieu les nourrit.
Comprenons bien que Jésus ne, nous engage pas à cesser les activités qui nous permettent de vivre ni à ne plus, faire de réserves pour notre famille. il ne nous encourage pas à négliger notre tenue ce qui nous enlèverait toute considération. Ce qu’il condamne en cette matière, c’est l’inquiétude et la perte de temps qui en résultent : « Qui de vous par ses inquiétudes peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? » et « Si vous ne pouvez pas la moindre chose pourquoi vous inquiétezvous du reste ? » Jésus parle des lis qui poussent seuls et qui sont pourtant mieux parés que Salomon lui-même dans toute sa gloire. L’herbe même qui, pourtant « sera coupée et jetée au four » a tout reçu de Dieu pour croître.
Et Jésus de conclure ardemment « A combien p!us forte raison, Dieu ne vous vêtira-t-il pas, gens de peu de foi ». Jésus veut faire comprendre que dans tous les domaines de son Univers Dieu a des réserves pour chacune de ses créatures. Il en a donc sûrement pour la plus élevée, pour l‘homme. « ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets Car toutes ces choses ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre père sait que vous en avez besoin ».

Ces paroles doivent être méditées de chaque chrétien. Comment vivons-nous ? Comment passons-nous notre journée ? Mettons-nous notre intérêt dans le plan de Dieu ? Nos yeux voient-ils ce que Dieu veut de nous ? Comment employons-nous notre temps ? Le temps que Dieu nous a donné Y Il y a sûrement des chrétiens qui, regardant en arrière, regretteront le temps passé en futilités.

3. Une promesse d’abondance.

Christ nous donne au V 31 La vraie philosophie de la vie : « Cherchez plutôt le Royaume de Dieu, et toutes Ces choses vous seront données par dessus ». Personne ne niera qu’un certain temps doit être consacré aux nécessités de la vie. . Mais, avant tout, au-dessus de tout, consacrons de notre temps, le meilleur de notre temps à l’oeuvre du Seigneur. Mettons les choses terrestres sur le plan secondaire; plaçons en tout premier lieu es choses célestes.

Le véritable plan de Dieu en ce qui concerne nos vies est que nous Le recherchions tout d’abord et cela étant, il nous donnera ce qui est nécessaire à notre vie. Celui qui obéira à l’ordre divin ne sera certainement pas déçu. Mettre Dieu en premier lieu ne peut jamais être une faute dans la vie de quelqu'un.